• La famille Lalochère frappe encore et très fort !

    Josette Lalochère
    Lycéenne
    à Sainte-Bernadette




    Monsieur le député,

    Si mon nom vous dit quelque chose à cause du carnage de la télé, je vous réponds que c'est bien moi, je suis une des seules survivantes de la famille n'ayant pas pu aller sur le plateau de Delarue étant punie par mes parents
    pour avoir encore écrit un poème en cours de maths.
    C'est pour ça que  j'ai survécu et que grâce à la prompte assistance psychologique qui me fut accordée je pus survivre à la scène traumatisante de voir tous mes parents perforés en direct de multiples impacts.

    Je venais juste de commencer à oublier tout cela quand j'ai entendu à la radio que vous vouliez de nouveau être autorisés à couper la tête des terroristes.


    Cela réveilla mon désir de vengeance et je me mis à écrire un poème, le premier que j'écris depuis l'horrible scène qui me rendit plusieurs fois orpheline, je  vous le recopie :

    Que la peine demeure

    Ah oui ! que le sang coule et inonde la terre
    Le sang des terroristes fiers de leurs exactions
    Qu'il soit  bleu dans les veines ou  rouge dans les artères
    On le gardera pas pour faire des transfusions.

    Il n'est pas bon le sang de ces hordes guerrières,
    Pour faire du boudin on préfère le cochon
    Qu'on mène chez Olida avec la bétaillère
    Et qui nous reviendra en jambon au torchon.

    Pour venger les victimes qui meurent à l'hôpital
    Tant pis si ça déplait à Monsieur Badinter
    On la rétablira, la peine capitale
    En France elle a encore beaucoup de supporters.

    Quand la tête coupée au nom de la Patrie
    Nous fera un clin d'oeil en un geste réflexe
    De la foule enthousiaste ne sortira qu'un cri :
    Enfin du sang impur pour tremper nos kleenex !

    Si vous voulez utiliser mon poème pour la promotion de votre action  n'hésitez pas et surtout dites-moi ce que vous en pensez, je pourrais aussi vous en écrire sur d'autres sujets comme remettre la France au travail ou
    chasser les envahisseurs de notre sol.

    A mon école j'adhère à un petit club pour le respect des vraies valeurs et sachez qu'on vous soutient de toutes
    nos forces.

           Josette Lalochère, Seconde S


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :