• Une réponse effrayante d'une député. Blaise en est tout retourné.

    Je ne crois pas que ce soit à moi qu'elle réponde, elle s'est trompée !
    Blaise propose le garottage, la lapidation, de devenir bourreau pour que cesse son chômage et voici la réponse :


    De:"Josette PONS" <jpons@assemblee-nationale.fr>  

    J'ai bien reçu votre courriel par lequel vous me faites part de votre désaccord concernant mon initiative parlementaire en faveur du rétablissement de la peine de mort pour les auteurs d'actes de terrorisme.

    Sachez que je comprends votre réaction et que je respecte votre position sur ce sujet. Je crois, tout comme vous, que l'abolition de la peine de mort constitue une évolution majeure de nos sociétés démocratiques. Pour autant, il me semble utile de susciter un débat autour de cette question pour deux raisons principales dont je tiens à m'expliquer auprès de vous.

    D'abord, je considère qu'il est urgent qu'une réflexion sur les peines de substitution puisse s'ouvrir dans notre pays. Ce débat, qui aurait du se tenir lors de l'abolition de la peine de mort en 1981, n'a malheureusement pas eu lieu. C'est pourquoi cette question ressurgit périodiquement à l'occasion des procès de grands criminels et, qu'aujourd'hui, 70 % des Français, lorsqu'ils sont consultés, sont favorables à la peine de mort.

    En effet, l'Etat a le devoir de protéger la société et les individus qui la composent contre les criminels. Est-il acceptable que les plus dangereux d'entre eux condamnés à la prison à perpétuité soient aujourd'hui libérés quelques années après les faits avec le risque de récidive que l'on connaît ? Je considère personnellement que non.

    Ensuite, je crois que nos démocraties ont trop longtemps sous-estimé la menace terroriste. Les attentats qui ont frappé Madrid, au cour de l'Europe, le 11 mars 2004, ont été parmi les plus meurtriers depuis la fin des années 70. Face à cette nouvelle forme de « guerre » sans règles et sans frontières, nos démocraties semblent souvent démunies. C'est pourquoi, il importe que la France et les pays européens puissent disposer de cette arme ultime de défense qu'est la peine de mort.

    Si, comme vous le soulignez justement, les kamikazes sont prêts à sacrifier leur vie, il n'en est pas de même des chefs des organisations terroristes qui vivent et préparent dans la clandestinité de nouveaux attentats. Que dire de ceux qui, condamnés à la prison à vie, continuent à communiquer depuis leur cellule avec leurs complices ? Que faire enfin devant le risque, demain, de voir des attentats perpétrés pour obtenir la libération d'un chef terroriste incarcéré et devenu le porte-drapeau d'un mouvement extrémiste ?

    Tels sont les quelques éléments complémentaires qui méritent à mon sens d'être pris en compte dans ce débat.

    Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'_expression de ma considération distinguée.

     

    Ils sont fous, ou autiste ou ce sont des robots qui ne pensent pas mais répondent!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :